«

»

Sep 22

Parlons-velo.fr

www.parlons-velo.fr
Participez à l’enquête nationale de la Fub jusqu’au 30/11/17 pour évaluer, dire vos attentes, votre avis, sur la cyclabilité de votre ville.
Que vous soyez cyclistes pratiquants ou potentiels. Résultats en 2018 (classement des villes de taille comparable et informations utiles aux élus). Soyons nombreux à répondre, faites le savoir autour de vous!

(8 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

  1. byczyk

    Saint Etienne ville et tous les environs, pour 10.000 kms/an (65 ans, cycliste depuis 10 ans)
    il faut enfourcher un vélo pour se rendre compte de la dangerosité de l’exercice. Certes, ne jetons pas la pierre aux seuls automobilistes, certains cyclistes se croient seul et totalement invulnérable ……….. En règle générale le peu de pistes cyclables est ignoré par « la goulue », elles sont un dépotoir où l’on n’ose pas rouler de peur de crever, les pneus …… d’autres sont tronquées sans presque pas de signalisation, comme rue Gabriel Péri, d’autres vous amènent directement à la bretelle d’autoroute, rue de Dunkerque. On sent que ce n’est pas la priorité, il n’y a peut être pas assez de cyclistes et les rues ne sont pas adaptées ? …….
    Concernant les voies extérieures, je serai pour la mise en place d’une bande, dont la largeur équivaudrait à 2 cyclistes, avec interdiction aux cyclistes d’en sortir, et interdiction aux automobilistes de doubler dans cette zone lorsqu’ils sont en vue de vélos. Utopique ??, peut être ………..

  2. THORETON

    Entièrement d’accord avec le message de byczyk.
    Quand je pars de chez moi, je ne sais pas si je vais revenir. Plus de pistes cyclabes BIEN MARQUEE,
    savoir dans les ronds points aussi bien les autos que les cyclistes où est la place de chacun
    La propreté de ces dernières, il faut constamment téléphoner aux services de voirie pour les informer de l’état de leur état
    Que les villes installent beaucoup plus de pistes, ainsi que des lieux pour accrocher nos vélos en TOUTE SECURITE, même certains établissements publics ou privés.
    Il faudrait que les ingénieurs travaillent sur une meilleure visibilité intégrée au vélo,

  3. BERTIN Yves

    yves
    Nevers s’est lancé depuis plusieurs années dans une politique de mise en oeuvre de pistes cyclables intra muros,politique parfaitement justifiable mais permettant entre autre, aux diverses municipalités qui se sont succédées ,de capter l’attention (et les voix!) des mouvements ou associations d’écologistes, et d’obtenir probablement des subventions d’Etat, aux kms de voies cyclables réalisées.Malheureusement, conseillées par certaines associations censées promouvoir les déplacements « doux » et des bureaux d’études ignorant les réalités du terrain, et méconnaissant la topologie ainsi que l’histoire de la ville, le résultat est loin d’être positif.Conséquences: les projets réalisés mettent en danger la circulation des cyclotouristes.Quelques exemples: autorisation pour les cyclotouristes de prendre les sens interdits en centre ville, pistes cyclables de conception dangereuse, que ce soit en centre ville ou en périphérie,absence de pistes cyclables pour les cyclotouristes en bord de Loire, alors que la voirie à fait l’objet d’une rénovation récente avec une promenade « partagée » de largeur surdimensionnée et que des obstacles routiers dangereux (aussi bien pour les véhicules que pour les cyclotouristes !)ont été disposés en quinconce sur la route, etc… Souhaitons que le » bon sens » et la « compétence » se réinstallent rapidement au sein des services et de la municipalité!.

  4. BERTIN

    Nevers(Nièvre) s’est lancée depuis plusieurs années vers une politique de mise en œuvre de pistes cyclables intra muros parfaitement justifiable, permettent entre autre ,aux diverses municipalités qui se sont succédées ,de répondre aux sollicitations des mouvements ou associations d’écologistes et d’obtenir des subventions d’Etat aux kms de pistes réalisées. Malheureusement, conseillées par certaines de ces structures et par des bureaux d’études ignorant les réalités du terrain, méconnaissant la topologie ainsi que l’histoire de la ville ,le résultat est loin d’être positif!. Conséquences:
    -réalisation de pistes cyclables en centre ville très dangereuses qui s’ajoutent à l’aberration d’autoriser les cyclistes à prendre le sens interdit de rues étroites (même à 20/ 30kmh, un choc avec une voiture fait de gros dégâts !)
    -réalisation d’un sentier « partagé » le long de la Loire, que les cyclotouristes ne peuvent pas emprunter compte tenu de sa fréquentation (ils sont obligés d’utiliser la route parallèle à ce sentier, dont la conception avec des ilots en quinconce est dangereuse et reflète un manque de compétence dans sa conception)
    -rénovation récente de la route départementale à fort traffic, en prolongement de la route ci dessus , sans piste cyclable alors qu’aucun obstacle technique n’empêchait de le faire
    -aucune continuité entre les divers tronçons de pistes cyclables réalisés en ville et en périphérie.
    Il serait temps que la municipalité s’entoure des compétences techniques nécessaires permettant d’établir un plan de déplacement « doux », techniquement crédible et assit sur le bon sens !.

  5. gonin

    Parlons vélo justement, Vénissieux est une ville avec pistes cyclables, malheureusement beaucoup semble ignorer ce que cela veut dire; en effet,Bd Sembat il y a une piste cyclable sur rue mais beaucoup de cyclos circulent soit sur la route, soit sur les trottoirs !
    Avenue J. Guesde, la piste cyclable se trouve sur le trottoir, et bien là, les cyclos circulent dans le rue, on se demande ce que veut dire « piste cyclable » …..

  6. branchu

    nous habitons une commune à 15 KM de La Rochelle, LA JARRIE et pour aller vers La Rochelle les routes sont a partager avec les automobilistes, des fous du volant dans ces petites routes de campagne…
    Nous attendons une piste réserver aux vélos pour atteindre LA JARNE ou ST ROGATIEN sans trembler pour nos vie !

  7. PIGUET

    Que dire ? En ville les pistes sont dangereuses, et le cycliste sportif ne peut et ne doit pas les pratiquer.

  8. PIGUET

    Je peux rajouter qu’il faut une moto de trial pour y accéder.
    En campagne cela va mieux quand les tracteurs ne laissent rien sur la voie. Mais il y a quelques fantaisies, par exemple une piste de 400 m de long, et qu’il faut traverser 2 fois la route pour accéder et quitter.
    En principe les concepteurs ne sont jamais montés sur un vélo, et il faudrait qu’en fin d’études on leur propose un stage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>